Conférence dialogue, gratuite sur inscription à [email protected]


Stéphane Audoin-Rouzeau, historien spécialiste de la Première Guerre mondiale

« L’écriture dans la Grande Guerre, entre anonymes et célébrités, de l’intime au témoignage »

En partenariat avec le Musée d’Art Moderne Richard Anacréon [MamRA], à l’occasion de l’exposition « Les Plumes de la Grande Guerre ».

Samedi 11 mai à 17 h au théâtre de la Haute-Ville, 51, rue Notre-Dame à Granville

 Durée : 1 h 



L'historien spécialiste de la Première Guerre mondiale, Stéphane Audoin-Rouzeau, donnera une conférence le samedi 11 mai prochain à 17 h, sur le thème de « L’écriture dans la Grande Guerre, entre anonymes et célébrités, de l’intime au témoignage ». Une conférence sous forme de dialogue avec Yves Bourget, organisée dans le cadre du Salon du livre de Granville, en partenariat avec le Musée d’Art Moderne Richard Anacréon MamRA, à l’occasion de l’exposition « Les Plumes de la Grande Guerre ».


Quelle histoire

Un récit de filiation (1914-2014)


« L’écriture spécifique d’habitude mise en œuvre pour parler des combattants des tranchées, des femmes en deuil ou des enfants de la guerre, j’ai tenté de l’appliquer à ceux auxquels, d’une manière ou d’une autre, je tiens. Il se trouve que sur trois générations en demeure une trace écrite. J’ai souhaité rester sur les terres de l’Histoire. Mais celles-ci sont étendues et, dans bien des directions, les frontières deviennent poreuses au point d’être parfois peu discernables : c’est sur ces frontières-là que je me suis déplacé en m’éloignant du plus qu’il m’était possible mais sans perdre tout à fait des yeux mon point d’ancrage. J’espère n’avoir pas franchi les bornes – mais si c’était le cas, je n’en aurais pas trop de regrets. Ce sont les risques de l’expérience.

Même si elles s’y apparentent parfois, les pages que l’on va lire ne constituent pas un récit de famille : je m’en suis tenu à ce que la Grande Guerre a fait aux miens, à la manière dont elle a traversé leur existence, quitte à inscrire ses effets au-delà même de leur propre vie. »

Stéphane Audoin-Rouzeau


  • La presse en parle :


"Ce petit livre étonne par sa puissance. Il nous concerne tous."

François Busnel, L'Express

"Un livre écrit au scalpel, toute larme ravalée, bouleversant de sobriété."

Alain Barluet, Le Figaro littéraire

"Poignant."

Gilles Heuré, Télérama

"L'universitaire se penche avec sobriété et profondeur sur la transmission (et ses ruptures) du récit de cette guerre au sein même de sa famille"

François-Guillaume Lorrain, Le Point

"Un précieux ouvrage du plus audacieux des historiens de la Grande Guerre"

Catherine Portevin, Philosophie magazine